Les grandes étapes d’une vente immobilière

Entre votre décision de vendre et la signature de l’acte de vente chez le notaire, la vente est constituée de plusieurs grandes étapes ! Dans cet article, nous les parcourons avec vous.

L’estimation

Il s’agit ici de la première étape de la vente de votre bien. Avant de le mettre en vente, il faut évaluer sa valeur sur le marché. Pour cela, il est recommandé de faire appel à des experts. Cette étape étant cruciale pour optimiser vos chances de vendre votre bien au meilleur prix et dans un délai raisonnable, votre agent immobilier et sa connaissance du secteur seront vos meilleurs alliés.

Les diagnostics

Pour pouvoir vendre votre maison ou votre apparemment, vous devez réaliser plusieurs diagnostics immobiliers dont voici une liste exhaustive :

  • Le certificat de performance énergétique (PEB)
  • Le contrôle des installations électriques
  • L’attestation des sols (non-pollution)
  • Le certificat amiante (en Flandre uniquement)
  • Le contrôle de votre citerne à mazout (le cas échéant)

Ceux-ci sont obligatoires et sont à votre charge.

Etant donné que vous avez besoin de ces diagnostics et des documents qui en ressortent pour pouvoir acter la vente, nous vous conseillons d’effectuer ceux-ci le plus tôt possible.

D’autres diagnostics existent également mais ne sont pas obligatoires :

  • Diagnostic amiante
  • Diagnostic chauffage central
  • Diagnostic mérules
  • Diagnostic plomb
  • Diagnostic termites

Si vous ne souhaitez pas faire ces derniers, l’acheteur peut les réaliser à ses frais.

La mise en vente                                             

Maintenant que votre bien répond à toutes les normes et réglementations, il ne reste plus qu’à trouver l’heureux acheteur ! Pour cela, il existe un bon nombre de plateformes dédiées à la vente de biens immobiliers.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, assurez-vous de faire de belles photos de votre bien. En amont, vous pouvez également prévoir du home staging afin d’augmenter la valeur perçue de votre bien.

Être accompagné par une agence immobilière constitue un véritable atout lors de cette étape.

Pour notre part, nous travaillons avec des photographes immobiliers professionnels disposants du meilleur matériel. Nos photos et vidéos qualitatives mettront votre bien en valeur pour qu’il se démarque des autres.

En plus d’être présents sur les plateformes de ventes immobilières classiques, nous publions votre bien sur notre site internet et nous le partageons à notre réseau de candidats-acheteurs qui recherchent un bien ayant les mêmes critères que le vôtre. Pour vous, c’est une garantie supplémentaire de trouver votre acheteur dans les meilleurs délais.

Les visites

De nombreux acheteurs potentiels ont suscité de l’intérêt pour votre bien. Il faut maintenant organiser les visites !

Pour ce faire, il vous faudra du temps, de l’organisation et beaucoup d’énergie. Si vous travaillez à temps plein, il sera certainement compliqué de libérer du temps pour gérer tout cela. En passant par une agence immobilière, vous n’aurez pas à vous en préoccuper. Les agents s’occuperont de faire visiter votre bien aux différents candidats jusqu’à vous trouver l’acheteur idéal.

Avant de recevoir les premiers visiteurs, nous vous conseillons de prendre le temps de ranger et de nettoyer votre maison ou votre appartement. De cette manière, il sera mis en valeur et vos visiteurs pourront plus facilement se projeter.

Commencez par faire visiter les pièces principales comme le séjour, la cuisine ou encore la salle à manger. Ensuite, continuez avec les chambres et la salle de bain et terminez par les extérieurs. Procéder dans cet ordre vous permettra de conserver un intérieur propre.

Ça y est ! Les visites ont été réalisées et vous avez un ou plusieurs candidat(s) sérieux. La prochaine étape est soit « l’option d’achat », soit « l’offre d’achat » selon la manière dont vous souhaitez procéder.

L’option d’achat (facultative)

Si un candidat-acquéreur souhaite un temps de réflexion, il peut vous demander une « option d’achat », c’est-à-dire un engagement de votre part de ne pas vendre votre bien à quelqu’un d’autre pendant un certain temps (à déterminer dans l’option). En tant que vendeur, vous êtes tout à fait libre d’accepter ou non la mise sous-option d’achat de votre bien.

Si vous l’acceptez, le potentiel acheteur aura alors deux possibilités dans le délai convenu : soit « renoncer à l’option », ce qui veut dire que la vente n’aura pas lieu, soit « lever l’option », ce qui veut dire acheter votre bien.

Dans ce dernier cas de figure, la prochaine étape sera alors le compromis de vente.

A l’inverse, si le candidat renonce à l’option ou si son délai est expiré, vous êtes à nouveau libre de vendre votre bien à la personne que vous souhaitez, que ce soit par le biais d’une option ou d’une offre d’achat.

L’offre d’achat

Contrairement, à l’option d’achat qui vous engage vous, l’offre d’achat engage le candidat-acquéreur.

Vous êtes susceptible d’en recevoir plusieurs et vous êtes libre de les accepter ou de les refuser dans tous les cas. Soyez tout de même attentif au délai indiqué sur l’offre car passé celui-ci, le candidat n’est plus tenu par son engagement.

En refusant une offre, vous pouvez toujours proposer une contre-offre mais tenez compte du fait que celle-ci vous engage à votre tour pour le prix proposé et ce, pendant la durée que vous indiquez.

Si l’acheteur l’accepte, il n’y a plus de retour en arrière possible. Vous serez obligé de vendre à cette personne. Assurez-vous donc d’en savoir assez sur cet acheteur et réfléchissez bien avant de procéder de la sorte. Pensez également à mettre vos sentiments personnels de côté car ils pourraient altérer votre jugement lors de cette étape. C’est une des erreurs à ne pas commettre lors d’une vente immobilière.

Dans ces offres, le candidat-acquéreur peut intégrer une éventuelle condition suspensive d’octroi d’un crédit. Autrement dit, il se réserve le droit d’annuler la vente sans frais s’il ne parvient pas à obtenir son crédit. Autant c’est une clause habituelle et bien connue, autant elle réduit vos chances d’aller au bout de la vente. En tant que vendeur, vous préférerez donc toujours une offre sans clause suspensive.

Une fois l’offre ou la contre-offre signée par les deux parties, vous pourrez programmer le compromis de vente avec vos notaires respectifs.

Le compromis

Nous y sommes ! Vous avez trouvé votre acheteur et il faut maintenant acter votre accord. Vous devez donc programmer « le compromis de vente » chez votre notaire. Celui-ci a pour but de reprendre toutes les modalités de la vente (coordonnées des parties, description du bien, prix et autres conditions).

Pour le jour de ce compromis, l’acheteur doit verser un montant de minimum 5% du prix de vente au notaire en guise de garantie. Ce montant peut être différent à condition qu’il soit déterminé sur l’offre d’achat. Il s’élève d’ailleurs plus souvent à 10% du prix de vente qu’au minimum légal de 5%. Dans tous les cas, il peut faire l’objet d’une négociation avec votre candidat-acquéreur.

Le compromis de vente engage les deux parties à mener la vente à son terme.

Si vous êtes accompagné d’un agent immobilier pour la vente de votre bien, celui-ci prendra en charge toutes les modalités administratives afin de vous faciliter la vie. Notre agence immobilière travaille avec des juristes spécialisés afin de répondre aux dernières réglementations du secteur mais surtout afin d’éviter toute mauvaise surprise. Vous souhaitez être bien conseillé(e) ? Nous sommes là pour vous.

L’acte de vente

On arrive maintenant à la dernière étape du processus de vente : la signature de l’acte de vente chez le notaire ! C’est à ce moment-là que tout devient définitif et que la transaction prend son terme. L’acheteur verse le montant de la vente additionné des différents frais au notaire qui, à son tour, verse le montant de la vente au vendeur. Parmi ces frais, on retrouve les honoraires du notaire, les droits d’enregistrement et les frais d’enregistrement de l’éventuel crédit hypothécaire de l’acheteur.

Le seul délai légal qui existe est un délai fiscal. En effet, le code des droits d’enregistrement prévoit que l’acte de vente doit être enregistré dans les quatre mois qui suivent sa signature. De ce fait, les parties prévoient généralement un délai maximal de quatre mois entre la date de signature du compris et la date de l’acte. Notez qu’il n’existe pas de délai minimum et que le compromis n’est pas une obligation légale en soi. Vous pourriez très bien directement procéder à l’acte de vente si cela arrange les deux parties.

Dès le passage de cet acte, vous cédez votre propriété à l’acheteur. C’est donc au plus tard ce jour-là que vous devez remettre toutes vos clés et les documents légaux dont les diagnostics immobiliers précédemment réalisés.

Vous souhaitez mettre un bien en vente ? Notre équipe vous accompagne dans toutes les phases de la vente, de la première rencontre jusqu’à la signature de l’acte.

IMMOBILIER | HOME STAGING | ARCHITECTURE

Contactez-nous

© 2021 - By The Way | Designed with passion by WEEB

n'hésitez pas

Contactez-nous

Notre site utilise des cookies afin de vous garantir une expérience de visite au top !

Les traductions NL et EN de notre nouveau site sont en cours et seront bientôt disponibles.

The NL & EN versions of our new website are in progress and will be available soon.

De NL & EN versies van onze nieuwe website zijn onder constructie en zullen binnenkort beschikbaar zijn.